Le mal d’altitude ralentit non seulement votre voyage, mais peut également être un tueur potentiel. Informez-vous sur les symptômes, le traitement et la prévention de ce problème médical assez fréquent.

mal des montagnes
Comment profiter de la montagne sans le mal des montagnes

Le mal d’altitude, également appelé mal aigu des montagnes (AMS), peut être mortel. Un peu de connaissances et de préparation avant la  marche en altitude peut faire la différence entre un voyage sûr et agréable ou une expérience remplie de maux de tête qui pourrait éventuellement se terminer par une évacuation médicale du sommet d’une montagne.

Le conseil le plus important est peut-être de suivre que la maladie et les maux de tête en altitude doivent être considérés comme le mal d’altitude jusqu’à preuve du contraire.

Qu’est-ce que l’altitude?

L’altitude est généralement divisée selon les niveaux suivants:

  • La haute altitude commence à 1 500m. Un voyageur dirigé vers ce niveau verra généralement ses performances physiques diminuer et ses rythmes respiratoires augmenter. Le mal d’altitude est plus fréquent au-dessus de 2 500 m
  • La très haute altitude est de 3 500 à 5 500 m. Le mal d’altitude sévère est plus fréquent à cette altitude, ainsi que l’hypoxie
  • L’altitude extrême est supérieure à 5 500 m. L’acclimatation à cette altitude est impossible et une montée rapide à cette altitude est très dangereuse.

Les voyageurs se rendant en haute altitude doivent être conscients de quelques conditions médicales qu’ils pourraient rencontrer eux-mêmes ou avec leurs compagnons de voyage.

Étapes du mal d’altitude

Maladie aiguë des montagnes / AMS

C’est le terme large pour le mal d’altitude. Les symptômes de l’AMS comprennent un mal de tête (souvent lancinant, pire en se penchant), des nausées / vomissements, de la fatigue et une sensation générale de gueule de bois.

Œdème cérébral de haute altitude (HACE)

Est une urgence potentiellement mortelle qui présente des symptômes d’ataxie (marcher d’une manière trébuchante) et des changements dans l’état mental tels que confusion ou léthargie C’est littéralement un gonflement du cerveau. Les symptômes de l’AMS sont également généralement présents.

Oedème pulmonaire de haute altitude (HAPE)

Est une urgence menaçant le pronostic vital avec des symptômes de toux (sèche ou humide), des difficultés à respirer avec un effort léger et tous les symptômes de l’AMS. Le liquide s’accumule dans les poumons du patient.

Traitement

Le traitement définitif pour tous les maux d’altitude est la descente.

Le traitement de la maladie de haute altitude de toutes sortes s’articule autour de la reconnaissance rapide des symptômes et de la prise de conscience que l’altitude pourrait être la cause de la maladie. D’abord et avant tout, lorsque vous commencez à vous sentir mal en altitude, ne montez pas plus haut.

Certains experts conseillent même de descendre de 500 à 1 000 m par 24 heures pour permettre au corps de s’acclimater plus lentement. Le traitement médical des formes plus graves du mal de l’altitude telles que HACE et HAPE doit être administré par une personne qualifiée en médecine de l’altitude. Un voyageur qui soupçonne HACE ou HAPE devrait immédiatement descendre à une altitude inférieure et demander des soins médicaux avancés. Certains médicaments décrits ci-dessous peuvent aider au traitement, mais la descente est le meilleur médicament.

Les chambres hyperbares portables connues sous le nom de sacs Gamow peuvent être utilisées pour simuler un environnement à basse altitude en cas d’urgence, et ne doivent être utilisées que lors de la préparation de l’évacuation du patient à un niveau inférieur, et non en remplacement de la descente.

La prévention

Prévenez le mal d’altitude en effectuant une ascension lente et progressive vers l’altitude. Certains experts conseillent de ne pas grimper de plus de 1 500 à 2 000 m par période de 24 heures lorsqu’ils voyagent au-dessus de 2 500 m. Cela donne au corps une chance de s’acclimater à la nouvelle altitude et une occasion d’observer les gens pour les symptômes de l’AMS.

Voyager en voiture sur un col de montagne ou voler dans des villes comme Lhassa au Tibet et Cusco au Pérou peut immédiatement exposer un voyageur à haute altitude sans beaucoup de temps pour s’acclimater. Soyez toujours à l’affût des symptômes si vous voyagez en haute altitude et donnez-vous la possibilité de vous acclimater si possible.

Parfois, une ascension lente et progressive n’est pas toujours possible. Quelques méthodes peuvent aider à ajuster le corps au choc d’être soudainement à haute altitude. Certaines preuves soutiennent un exercice léger le jour de l’arrivée, comme une courte marche, pour faciliter l’acclimatation. Un exercice intense le jour de l’arrivée pourrait être désastreux.

L’alcool ou les sédatifs, qui peuvent masquer les symptômes de l’AMS, doivent être évités les premiers jours d’altitude. Rester hydraté est également important.

Médicaments contre le mal de l’altitude

Certains médicaments peuvent aider à prévenir et même à traiter la MAM. Le médicament le plus couramment utilisé est l’  acétazolamide . Ce médicament est utilisé à la fois pour prévenir et traiter les symptômes de l’AMS. Souvent pris sous forme de comprimé de 125 mg, deux fois par jour, l’ acétazolamide est efficace pour prévenir les symptômes de l’AMS. Ce médicament a le potentiel de provoquer des réactions allergiques chez les personnes ayant des antécédents d’allergies aux sulfamides et peut changer le goût de certains aliments ou boissons, en particulier les boissons gazeuses. Dans l’ensemble, le médicament est très bien toléré et constitue une option viable pour les voyageurs qui cherchent à prendre des précautions pour prévenir la MGS. Ce médicament doit être commencé 24 heures avant de faire une ascension, en altitude et pendant 48 heures après une descente.

La dexaméthasone est un stéroïde qui peut être utilisé comme médicament prophylactique pour ceux qui ne tolèrent pas l’acétazolamide. Ce médicament est mieux utilisé comme traitement mais reste une option.

Ginko Biloba a retenu l’attention en tant que médicament prophylactique contre le SMA, mais la littérature médicale est rare. Certaines recherches sont prometteuses, mais l’ acétazolamide est toujours considéré comme le meilleur préventif.

Enfin, l’utilisation de feuilles de coca ou de produits contenant cette matière végétale doit être découragée par les voyageurs. Tout en ayant de nombreuses autres applications, la prévention décente des symptômes de l’AMS n’en fait pas partie. Le plus dangereux est peut-être le «faux sentiment de sécurité» que l’on pourrait avoir en prenant des produits à base de feuilles de coca et en ignorant les symptômes de l’AMS croyant qu’ils sont protégés.

Dans l’ensemble, de nombreux voyageurs prennent de l’altitude chaque jour et reviennent sans problème. Gardez un œil sur les symptômes du mal de l’altitude chez vous et chez les autres autour de vous. Lorsque vous voyagez dans les montagnes, suivez la règle d’or de traiter tout mal de tête ou maladie en altitude comme un mal d’altitude jusqu’à preuve du contraire. Discutez à l’avance de vos plans de voyage et, plus important encore, de votre taux de remontée avec votre médecin de voyage et voyez si l’utilisation de médicaments prophylactiques pourrait convenir à votre voyage.