Thomas-Cook-Jet-Tours

600.000 vacanciers dont presque 15.000 francais, sont actuellement laissés pour compte par le voyagiste britannique Thomas Cook , qui s’est déclaré en faillite depuis le  23 septembre…

Suite à l’insolvabilité du Groupe Thomas Cook au Royaume-Uni, Thomas Cook France (notamment connu à travers sa marque Jet Tours) a en effet sollicité la protection du tribunal de commerce de Paris en vue de son redressement.

 

Voici les instructions de Thomas Cook France :

– Pour les clients qui sont déjà en vacances à destination et qui rencontrent des difficultés : Ils peuvent contacter le numéro 01 41 05 40 81 de 9h30 à 18h. Thomas Cook fera le maximum pour les assister.

– Si vous devez partir avec Jet tours avant le 31 octobre :Afin d’éviter toute difficulté sur place, Thomas Cook vous offre la possibilité de résilier d’ores et déjà votre séjour sans pénalité par mail à call.center@thomascook.fr( si vous avez réservé en direct ) ou à l’adresse mail de votre agence de voyages indiquée sur votre voucher de réservation

– Si vous devez partir avec Jet tours à partir du 1er novembre : A ce jour et jusqu’à nouvel ordre, Thomas Cook France continue son activité. Cependant la plus grande prudence est de mis, sureveillez bien le sute de la compagnie: https://www.thomascook.fr

 

Coté assurance:

Toutes les personnes ayant acheté un voyage «à forfait» (par exemple un vol et un hébergement) sont protégées par la législation européenne dite «Atol» (Air Travel Trust Fund): elles seront totalement remboursées au titre de l’annulation de leur futur voyage ou de leur rapatriement. Sauf que l’affaire pourrait se compliquer si jamais le Brexit intervenait le 31 octobre sans qu’un accord n’ait été trouvé. Le voyagiste et les 150.000 vacanciers britanniques ne seraient alors plus protégés par la législation européenne ATOL, ne faisant plus partie de l’Union européenne…

En France, les clients directs des agences Thomas Cook France seront, en théorie, pris en charge par l’Association professionnelle de solidarité du tourisme (APST), un fonds de garantie qui délivrent les garanties financières au tours-opérateurs (TO). « Pour mémoire, l’APST dispose à ce jour de réserves globales d’environ 40 M€ et estime dans un premier temps le coût éventuel de retour de ces clients directs à environ 5 M€ », indique l’APST dans un communiqué. Les clients indirects – qui ont réservé dans une autre agence de voyages – seront également pris en charge par l’APST. A noter que l’APST fait l’objet d’une couverture en réassurance pour faire face à une série de « défaillances importantes ».

Toutefois, la garantie financière jouerait si les agences Thomas Cook elles-mêmes étaient en cessation des paiement, ce qui n’est officiellement pas le cas.

Et l’assurance de ma carte bancaire?

A cette question, la réponse est a priori non ! La faillite d’une compagnie ou d’un tour opérateur fait généralement partie de la liste des exclusions de garantie des assureurs de cartes bancaires (MasterCard, Visa, American Express…).  Axa Assistance (intervenant sur Visa) confirme que la garantie «  annulation » figurant dans leurs conditions générales ne couvre pas ce type d’évènements.

Ce principe s’applique à toutes les cartes bancaires à une nuance près : les voyageurs ayant réservé un vol pour les prochaines semaines sont susceptibles d’être couverts par leur émetteur de cartes bancaires dans le cadre de la loi Consumer Credit Act. Il suffit, pour cela, de s’être acquitté moyennant une carte d’un montant supérieur à 100 livres (113 €) pour l’achat du vol.

Et mon assurance voyage?

Cela peut être une  vraie solution  : « les voyageurs disposant dans leur contrat d’une clause sur la faillite d’une compagnie régulière ou relative à la faillite d’un fournisseur devraient bénéficier d’une compensation pour le coût du vol », souligne Mark Shepherd, responsable des politique relatives à l’assurance dommages au sein de l’ABI, l’association des assureurs britanniques, « si le contrat inclut une clause sur les problèmes de transport, les voyageurs seront aussi couverts pour des coûts supplémentaires à l’image de l’hébergement hôtelier ou pour le coût de nouveaux vols, là où ces coûts ne peuvent être recouverts par un autre biais ».

 

Thomas-Cook-Jet-Tours

Thomas-Cook-Jet-Tours